le Laboratoire d’Imagerie Numérique
du centre national de la bande dessinée et de l’image

accueil > la formation EMMA > l’animation

l’animation

L’enseignement de cette discipline se donnait comme objectif la maîtrise dans l’art de composer des mouvements apparents.
Dans le cadre de l’EMMA les mouvements apparents concernaient les figures et les formes graphiques dessinées, traitées ou simulées à travers des instruments numériques.
L’enseignement de cette discipline se divisait donc en quatre parties :
- Théorie du mouvement apparent
- Technologie de l’imagerie animée
- Composition de mouvements apparents
- Histoire de l’imagerie animée

La partie "Théorie du mouvement apparent" est un domaine de recherches.
Ces recherches doivent être menées dans tous les champs d’application de l’imagerie animée : films, jeux, interactivité, réseaux, etc...
Cette partie des études a pour finalité de considérer et d’analyser le mouvement apparent en tant qu’élément signifiant.
Elle faisait l’objet d’une évaluation à travers une réflexion prospective écrite menée individuellement par chaque étudiant et par rapport à une forme d’utilisation particulière du mouvement apparent.
Cette étude devait être réalisée au terme du deuxième trimestre.
L’enseignement de la partie ”Technologie de l’imagerie animée“ prend en compte le patrimoine des usages et des moyens hérités de la cinégraphie et étudie, à travers une pratique exploratoire, la pertinence et la polyvalence des outils numériques de traitement d’image et de mise en mouvement.
Cette partie des études a pour objectif final l’appropriation des nouveaux outils numériques par les étudiants dans la perspective des exigences inhérentes à leur création et à toute une diversité d’attitudes artistiques.
Le bilan des travaux menés par chaque étudiant, l’originalité de leur démarche, la capacité de chacun à plier des outils industriels standardisés aux objectifs de leur création personnelle faisait l’objet d’une évaluation à la fin du dernier trimestre.

La pratique de la "Composition de mouvements apparents" était soumise à différentes évaluations.
Les objectifs de cette pratique étaient :
- maîtrise de l’animation en tant que langage
- maîtrise de l’animation en tant que fonction
- maîtrise de l’animation en tant qu’expression

Dans son volet bi-dimensionnel (2D) cinq exercices majeurs jalonnaient le déroulement de cet enseignement.
Ils recouvraient un ensemble de difficultés croissantes de nature à maîtriser, par la pratique, différents types de mouvements apparents.
Dans son volet tri-dimensionnel (3D) quatre exercices majeurs jalonnaient le déroulement de cet enseignement.

La partie “ Histoire de l’imagerie animée “ entendait aider l’étudiant de l’EMMA à se situer et à situer son travail par rapport à l’enchaînement historique paradoxal de l’imagerie animée depuis plus d’un siècle et demi.
Cette partie faisait l’objet d’une évaluation qui avait lieu à la fin du troisième trimestre de la première année d’études.
Il était demandé aux étudiants une réflexion écrite sur un aspect particulier de leur travail sur le mouvement et de l’éclairer à la lumière de l’histoire de l’imagerie animée.