le Laboratoire d’Imagerie Numérique
du centre national de la bande dessinée et de l’image

accueil > à propos du LIN > les personnes

les personnes

Le département d’imagerie numérique (DIN), dans un premier temps (1989-1997), puis le laboratoire d’imagerie numérique (LIN) dans un second temps (1997-2004), ont mis en oeuvre un ensemble de formations supérieures à la réalisation de films d’animation ou d’effets spéciaux en images de synthèse.
Une fois formés, les étudiants devenaient à leur tour formateurs, il existait en effet peu de personnes disponibles sur le marché, dans cette activité de pointe.
Pierre Lère intégra tout à tour, parfois au titre de service civil, les bonnes oeuvres de Frédéric Soumagnas, Frédéric Sautai et Jean-David Hernandez, lesquels laissèrent le champ libre à Paul-Eric Bertaud et Jean-Michel Ponzio, pour les périodes de 1991 à 1994.
Suivirent d’autres volontaires parmi lesquels : Serge Meirinho, Virginie Sabourin.

L’arrivée d’un nouveau directeur général à la tête du C.N.B.D.I. provoqua un remaniement des services et des personnels.
Pierre Lère, père fondateur du L.I.N. prit congé de son nouveau-né et laissa Thierry Chilliard prendre en main le destin du laboratoire, Kristof Lefébure et Thierry Vilar, piliers de l’institution, gardant l’oeil sur le cursus pédagogique, tout en assumant des projets de production, apportés par Daniel Bricka pour le compte du CRITT, et par Laurent Herbreteau et Jean-Yves Ségura, autres têtes dirigeantes incontournables.
La pérénisation du diplôme D.E.S.S.I.N. maison conduisit Thierry Chilliard à demander un poste permanent de plus.
Ce poste fut assumé par Renaud Jungmann, au titre de service civil puis de salarié permanent permit au L.I.N. d’acquérir une vitesse de croisière.
Le départ définitif de Kristof Lefébure, Thierry Vilar et Paul-Eric Bertaud puis de Thierry Chilliard marqua un tournant dans l’aventure du L.I.N.
Renaud Jungmann devint Course Leader, puis responsable pédagogique d’un nouveau diplôme EMMA intégrant l’ancien D.E.S.S.I.N, diplôme qu’il présenta au Royal Collège of Art puit défendit à l’université Of Art & Design d’Helsinki en compagnie d’Arielle Bourdila.
Le directeur du C.N.B.D.I. en place, André-Marc Delocque-Fourcaud appuya cette nouvelle impulsion, en confiant l’administration du L.I.N. à Laurent Herbreteau.
Deux autres EMMA (Européan Média Master of Art) virent le jour dès 1993, ainsi qu’un partenariat (the French Ticket), avec l’ENSCI-Les Ateliers de Paris, sous la responsabilité de Jean-Baptiste Touchard, pour accueillir des futurs étudiants en multimédia.
Renaud Jungmann développa les contenus et assura les cours, cours repris ensuite par un ancien de l’ENSCI : Didier Gaboulaud, puis par un futur ancien étudiant EMMA : Henri Cornuau, l’actuel Directeur Informatique du Centre de Soutien Technique et Multimédia de l’actuelle Cité de la BD.
André-Marc Delocque-Fourcaud nomma à la tête du laboratoire René Laloux, il engagea courant 1998 des professeurs et intervenants, pour pallier aux différents départs survenus tout au long des deux années antérieures.